Comment la massothérapie peut-elle vous apporter bien-être et sérénité ?

26 Mar 2021 | Ils font vivre le territoire des Bauges 📍 | 2 commentaires

Après une première partie de sa vie dans l’administration, Véronique s’est tournée instinctivement vers la massothérapie.

Bien plus que la pratique du massage bien-être, son activité est basée sur l’échange. Les relations humaines sont au cœur de sa pratique. Très à l’écoute de ses patients, elle leur apporte bien-être physique et émotionnel.

Merci Véronique. Tu m’as permis de découvrir une autre vision du massage bien-être. Au-delà de réserver un soin, chez toi on ressent vraiment cette volonté d’accompagner les personnes vers une harmonie avec leur corps et leur mental.

Bonjour Véronique, peux-tu te présenter et nous expliquer ton parcours jusqu’au lancement de Vitalâm ?

Je m’appelle Véronique Miège. Je suis originaire de Chambéry et j’habite au Châtelard dans les Bauges.
J’ai étudié à l’université de Chambéry en LEA (Langues Étrangères Appliquées) appliquées au commerce international.

MA PREMIÈRE VIE PROFESSIONNELLE

Après mes études, j’ai commencé à travailler dans l’administration à Aix les Bains. Puis, je suis montée à Paris pour travailler un été chez AirFrance, au service de réservation téléphonique. Ensuite, avec la volonté d’avoir un travail fixe, j’ai décroché un poste dans un centre d’affaires international à Ferney-Voltaire (01) dans le pays de Gex où je suis restée deux ans. J’étais responsable de l’agence qui faisait des locations de salle pour les entreprises.
Après cette expérience, j’ai fait le grand saut et j’ai commencé à travailler en Suisse en 1991. J’ai travaillé dans des organisations internationales, notamment à l’OIM qui s’occupe de la migration. Puis, au HCR, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, où je suis restée 18 ans. Avec ce poste, j’ai plongé dans le monde international, multiculturel. ça m’a permis de rencontrer des gens de tous horizons, de toutes cultures, de parler les langues étrangères jusqu’au moment où mon poste a été arrêté.

MA RECONVERSION DANS LA MASSOTHÉRAPIE

Cela faisait un moment que j’avais envie de faire autre chose, de me diriger dans le soin. J’ai donc saisi l’opportunité de me reconvertir à 44 ans.
A Genève, j’ai commencé une école de massothérapie et réflexologie pendant 2 ans. En parallèle, j’ai repris un travail dans l’administratif à mi-temps dans un laboratoire de recherche pour le cancer à la faculté de médecine de Genève.
C’était une formation très complète et très enrichissante. Il y avait beaucoup de développement personnel, de remise en question mais aussi l’approche corporelle de l’écoute et du toucher, pas uniquement l’apprentissage des techniques de massage.
Dès l’obtention de mon diplôme en 2011, j’ai eu la chance de trouver tout de suite un lieu pour exercer et mettre en pratique ma formation.
En Suisse, toutes ces pratiques de massothérapie sont reconnues par les assurances complémentaires. Donc, je me suis inscrite en tant que thérapeute à l’ASCA. Pour valider notre agrégation il faut faire 16h minimum de formation continue par année. J’ai donc complété ma formation initiale avec notamment le massage de Breuss, la réflexologie, des soins énergétiques vibratoires, le massage métamorphique … Cela permet de garder la pratique vivante mais aussi de rencontrer d’autres thérapeutes.

Concrètement, peux-tu nous présenter la massothérapie ?

LA MASSOTHÉRAPIE

La massothérapie n’est pas très connue en France. C’est un terme qui vient du Québec. C’est une approche du toucher à travers différentes techniques de massages qui permet d’apporter du bien-être, de la détente aux personnes. Il y a un côté thérapeutique : accompagner la personne par l’approche du toucher. Je suis toujours très étonnée que des personnes ne se soient jamais fait masser. Pour moi, c’est le plus beau des cadeaux de pouvoir leur faire découvrir cette technique. C’est se réapproprier cette matière, le corps, au travers d’un toucher sain, nourrissant, bénéfique qui relaxe et qui permet de donner d’autres connexions au cerveau.

ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE LA VIE PAR LA MASSOTHÉRAPIE

Le corps c’est ce qui nous rend vivant. C’est lui qui nous matérialise. On vit avec notre corps toute notre existence. La massothérapie est un accompagnement de toute la vie depuis le bébé dans le ventre de la maman jusqu’aux personnes âgées. Ma cliente la plus âgée a 97 ans. Pour moi, c’est un grand bonheur de pouvoir accompagner tous les âges de la vie. Chaque tranche d’âge a sa spécificité. C’est très touchant. Il y a un vrai côté relationnel dans mon métier. 

LA MASSOTHÉRAPIE AU SERVICE DES ENTREPRISES ET DES EMPLOYÉS

Il y a deux aspects dans mon activité. Le premier, je reçois à mon cabinet. Le second, je me déplace en entreprise. Actuellement, et depuis 4 ans, je travaille avec une mairie de la région genevoise et, avant la crise sanitaire, j’intervenais dans deux maisons de retraite. Dans ce cadre d’intervention, mes soins sont destinés au personnel : directrice adjointe, comptabilité, ressources humaines, soignants, cuisines … Je réalise des massages assis pendant 20 minutes. Les employés savourent vraiment ce moment de déconnexion, de bien-être physique mais aussi émotionnel. J’aime bien ce côté ambulant, de venir offrir du bonheur aux gens. 

AU-DELÀ DE LA MASSOTHÉRAPIE, UN VRAI ÉCHANGE HUMAIN

L’important est d’aller là où la personne a besoin : la réflexologie, le massage … Chaque séance débute par un petit échange avec la personne pour savoir ce qui l’amène et comment je peux l’aider. C’est en fonction de ce qu’elle me dit que j’oriente le soin. Par exemple, quelqu’un qui a mal aux cervicales, aux trapèzes et qui a aussi des problèmes de sommeil, je lui proposerai un massage du dos, de la nuque. Puis, je terminerai le soin par un peu de réflexologie pour pallier ses problèmes de sommeil. Une relation de confiance s’installe au fur et à mesure de la pratique. C’est vraiment du relationnel, un accompagnement humain. C’est plus qu’un simple massage. Il est très important pour moi d’être à l’écoute de la personne pour lui apporter exactement ce dont elle a besoin. 

MES PROJETS

Aujourd’hui, je sens que j’ai besoin de transmettre, de proposer des activités collectives. J’aimerai proposer des ateliers accessibles à tous. L’objectif : permettre aux participants d’apprendre à soulager des personnes de leur entourage par des initiations au massage, à la réflexologie ou pour tout simplement apprendre à se faire du bien. Mais aussi initier le massage dans les couples, entre parents et enfants/bébés.
Au fond, si je résume, ce qui m’anime profondément, c’est de mettre mes mains et mon coeur au service des personnes pour les accompagner à ressentir plus de bien-être à tous les niveaux : corps, esprit et âme. Tous les jours, je remercie la vie de me permettre d’exercer cette passion et d’avoir pu ouvrir mon cabinet Vitalâm.
Je proposerai également des relaxations sonores de groupe avec des bois tibétains, de la relaxation sous forme ludique.
Et puis, le projet qui me tient tant à coeur depuis longtemps, rénover une salle pour accueillir mes stages et mes ateliers, est en bonne voir de réalisation. Si tout va bien, je pourrai proposer mes premières activités à partir de l’été prochain. Je crois les doigts !

As-tu une phrase, un slogan qui définit le mieux ton univers ?

Le toucher bienveillant qui accompagne tout au long de la vie.
Je souhaite proposer un accompagnement corporel à travers des soins bien-être et de détente depuis le début de la vie jusqu’à la fin de la vie. 

Comment communiques-tu sur ton activité ?

J’ai deux cabinets. Mon entreprise est domiciliée en Suisse où j’ai un cabinet à Genève. Et j’exerce également mon activité depuis mon cabinet à mon domicile au Chatelard.
En Suisse, je communique par des flyers et du démarchage dans des entreprises. Le bouche à oreille fonctionne beaucoup. Je participe aussi à des salons comme le salon international de haute finance, la foire de Genève, des salons bien-être … Les sites local.ch et l’ASCA répertorient également mon activité.
Dans les Bauges, je suis sur le site de l’Office de Tourisme du Coeur des Bauges. J’ai également participé au salon bien-être de Jarsy.
Du point de vue digital, j’ai très vite lancé un site internet. Tout récemment, j’ai lancé ma page Facebook.
Aussi, j’envoie également des mails à ma liste de patients pour les tenir informés de mon activité.

Merci beaucoup pour cet échange Véronique !

Pour découvrir l’univers de Véronique et vous accorder un moment de bien-être :

2 Commentaires

  1. Véronique Miège

    Merci beaucoup Camille pour ton article très fidèle à mes propos. Cà me donnerait presque envie de prendre rendez-vous avec moi ! Smile !

    Merci aussi pour ton accompagnement à m’aider à apprivoiser Facebook.

    N’hésitez-pas à contacter Camille pour des formations informatiques elle est formidable, professionnelle et humaine.

    Réponse
    • camcampagne

      Merci beaucoup pour ta confiance Véronique ! Au plaisir d’échanger de nouveau avec toi !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code