La poterie : une passion pour Anne, autodidacte, depuis plus de 20 ans.

9 Avr 2021 | Ils font vivre le territoire des Bauges 📍 | 0 commentaires

Autodidacte, cela fait 20 ans qu’Anne a lancé son atelier où elle crée ses poteries. C’est par passion pour la matière, la terre, qu’elle a quitté l’enseignement.

Depuis son atelier, elle prend le temps de confectionner de magnifiques pièces. C’est dans le tournage et le décor qu’elle s’exprime le mieux.

Anne, un grand merci de m’avoir ouvert les portes de ton atelier. Je suis littéralement tombée sous le charme de tes pièces. Quand mon regard s’est posé sur tes réalisations, j’ai ressenti de l’apaisement. Moi qui ne suis pas sensible à l’art par nature, j’ai découvert un univers qui m’a tout de suite touchée. Je suis très heureuse de pouvoir partager ton univers ici.

Bonjour Anne, peux-tu te présenter et nous expliquer ton parcours jusqu’au lancement de l’Atelier Chez la Rose ?

Je m’appelle Anne Céré et je confectionne des poteries dans l’Atelier chez la Rose à Arith. Je suis arrivée dans les Bauges en 1997.
Avant d’être potière, j’étais enseignante en Arts Plastiques en région parisienne. Puis à mon arrivée, j’ai enseigné sur Chambéry. Au bout de trois ans, j’ai décidé de quitter l’enseignement pour exercer le métier de potière.

MON LANCEMENT DANS LA POTERIE

Je suis autodidacte. Ce n’est pas la manière la plus simple pour apprendre le métier. Car cela m’a pris plus de temps … Les formations professionnelles permettent d’avoir accès à des stages chez les potiers, d’apprendre des techniques différentes. C’est beaucoup plus plaisant et complet.
J’ai commencé l’apprentissage du tournage à 39 ans. En 2001, j’ai ouvert l’atelier de poterie Chez la Rose. Depuis, je n’ai jamais arrêté de tourner, de travailler la terre. Ça a été une grande aventure professionnelle et personnelle. Rapidement, la clientèle a été séduite par mon travail. Nous avons créé une très belle relation qui perdure encore aujourd’hui.

LA POTERIE, UNE GRANDE FAMILLE

A mon démarrage, nous étions deux potiers sur le massif des Bauges. Dès le début, j’ai été accueillie par la famille Giachetti,sculpteurs céramistes de père en fils et fille du Noyer et de la Charniaz. Ils m’ont tout de suite adoptée et propulsée. Les céramistes sont comme une grande famille. Nous accueillons volontiers les nouveaux arrivants, beaucoup de nouveaux talents sont installés depuis. Nous essayons de créer une belle dynamique entre nous, comme l’organisation de portes ouvertes où nous mettons nos idées en commun et nos compétences en fonction de chacun(e).

Concrètement, peux-tu nous présenter ta poterie ?

LA TECHNIQUE DE MA POTERIE

J’aime la précision dans mon travail. C’est dans ma nature. Je fabrique toute l’année mais les temps forts de l’activité au niveau de la demande sont l’été et à Noël. Pour réaliser une pièce de A à Z, il me faut entre 10 et 15 jours. Il y a différentes étapes de fabrication : le tournage, la décoration puis deux cuissons. Je pratique la technique de la terre vernissée sur un grès rouge de basse température. C’est une vaisselle qui passe au lave-vaisselle.

MES RÉALISATIONS

Ma poterie est essentiellement basée sur de l’utilitaire pour la vie de tous les jours. Je propose le plat à matouille, des beurriers, coquetiers, saladiers, mugs, gobelets, pichets, plats à gratin …
Je m’adapte également aux demandes de mes clients. Récemment, une cliente souhaitait des assiettes “bowl” avec une dimension particulière, un décor spécifique … Une autre voulait une décoration sur la thématique de la neige. Je me suis donc lancée dans quelque chose que je n’avais jamais fait pour répondre à leur demande.
Depuis mes débuts, j’ai réalisé une multitude de décors.

LA POTERIE ARTISANALE

La poterie est un métier qui demande des années d’apprentissage, je tiens beaucoup au terme “d’artisan“. Je suis affiliée à la chambre des métiers et de l’artisanat. Mon activité est répertoriée sous “métier d’art” pour nous différencier des autres artisans. Il y a tout le savoir-faire de la pièce, j’aime beaucoup le terme d’artisan pour son côté humble.

MA PASSION POUR LA POTERIE

La terre m’a toujours attirée depuis l’adolescence. Je l’ai découverte pour la première fois en MJC (Maison des Jeunes et de la Culture). Puis, lors de mes études d’arts plastiques, je l’ai prise en option. J’adore tourner. Ce que j’aime dans ce métier c’est la diversité des étapes. Nous ne sommes pas cantonnés à faire toujours la même chose. Il y a plusieurs processus à maîtriser et à respecter.
Au fil des années, je me suis perfectionnée en suivant quelques formations. Et surtout, en passant de nombreuses heures à travailler à l’atelier.
Je me suis vraiment épanouie dans ce métier. L’échange avec les gens lors des marchés ou à la boutique compte beaucoup. J’ai aussi plaisir à me retrouver entre potiers. Nous sommes souvent seuls dans nos ateliers. Lorsque l’on se rencontre, on peut échanger, parler de nos techniques.

ENTRÉE EN MATIERES

A mon lancement, je vendais mes réalisations en direct depuis mon atelier. Plus tard, j’ai intégré le projet d’Aurélia Fournet qui était de réunir plusieurs artisans sur Chambéry. Nous avions pour objectif de présenter l’artisanat local en ville. Avec quelques artisans, pas seulement des céramistes, nous avons loué un local quelque temps, sur différentes saisons.
Puis, nous avons eu l’opportunité de trouver un local à Lescheraines. Cela nous a permis de ne plus descendre à Chambéry. Les clients pouvaient aisément nous retrouver. Cette installation m’a permis de fermer mon atelier au public. Ainsi, je peux me consacrer pleinement à ma fabrication. La boutique Entrée en Matières est située à Lescheraines, en face de la boulangerie. Cela fait 5 ans que nous avons lancé cette boutique. Nous sommes trois : Aurélia, céramiste, Ariane, créatrice de textile. Temporairement, nous invitons d’autres artisans (bois, bijoux, origami, mosaïque …). Elle est ouverte les après-midi des mercredis, vendredis et samedis, de 14h à 18h, en fonction de la crise sanitaire et du couvre feu.

As-tu une phrase, un slogan qui définit le mieux ton univers ?

La passion de la matière, du geste et de la présence dans son travail.
Je me suis dirigée vers ce qui me passionnait. Quand je tourne, je dois être présente dans ce que je fais. Ça m’aide à évacuer les tensions, à prendre le large. Je ne suis pas en vacances pour autant 😄.

Comment communiques-tu sur ton activité ?

Je communique par le biais des marchés. Les organisateurs s’occupent de la publicité auprès des journaux locaux et de la radio.
Au printemps et à l’automne, je fais également des marchés potiers comme par exemple à Rumilly ou à Annecy. Quand j’ai démarré l’activité, je faisais des marchés artisanaux et de Noël. Les marchés de potiers attirent plus précisément les amateurs de poterie et montre le côté professionnel et qualitatif de notre activité.
Il y a moins d’un an, j’ai lancé mon compte Instagram mais j’ai du mal à y accorder du temps.
Le développement de mon activité s’est fait essentiellement par le bouche à oreille.
La boutique Entrée en Matières me permet aussi de communiquer sur mon activité grâce à notre une page Facebook. La clientèle en Bauges et des alentours, comme les vacanciers qui séjournent et reviennent sont importants pour nous, pour perdurer localement mais pas toujours suffisants. Les marchés de potiers sont nécessaires à notre existence !

Merci beaucoup pour cet échange Anne !

Si vous aussi vous avez été charmé par l’univers d’Anne :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code