Le Jardin de Max et Nana, une vraie philosophie de vie au coeur de la nature

30 Juil 2021 | Ils font vivre le territoire des Bauges 📍 | 0 commentaires

Le Jardin de Max et Nana n’est pas un simple outil commercial. Vous le découvrirez tout au long de cet article. C’est une réelle philosophie de vie. Depuis toujours, le milieu naturel et sa biodiversité sont très ancrés dans la vie de Nadège et Maxime, les gardiens du lieu. Les différentes rencontres faites tout au long de leur vie les ont amenés aujourd’hui à vouloir partager cet état d’esprit.

Merci à vous deux Nadège et Maxime ! Merci de votre temps mais surtout merci de m’avoir ouvert les portes de votre jardin secret. Votre si riche histoire fait de vous de vraies belles personnes. Bravo pour ce que vous inculquez à vos enfants et au message que vous véhiculez.

Bonjour Nadège et Maxime, pouvez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours jusqu’à la naissance du Jardin de Max et Nana ?

Tous deux originaires du sud-ouest, nous avons eu une enfance où la nature était bien présente. Petits, nous avons très vite été passionné par la flore, la faune et le milieu montagnard.

NOTRE RENCONTRE

Tous les deux, nous avons fait des études agricoles : un BTS Technologie Végétale. C’est d’ailleurs sur ces bancs d’école que nous nous sommes rencontrés. Ce BTS conduisait à la gestion d’exploitation orientée sur les grandes cultures et au conseil auprès des agriculteurs. Tout ceci, dans l’esprit de l’agriculture productiviste et intensive. On commençait tout juste à nous parler doucement de l’agriculture biologique par le biais de l’agriculture raisonnée. Ce BTS nous a apporté un très bon bagage technique au niveau agronomie, biologie, malherbologie et reconnaissance botanique.

L’APRÈS BTS DE MAXIME

Ensuite, j’ai (Maxime) fait un second BTS Gestion et protection de la nature dans le Jura. J’ai pu assouvir ma passion du sport de pleine nature et du milieu naturel. Cette formation était bi-qualifitante. Nous avions d’un côté le bagage animation nature et de l’autre côté, nous pouvions passer le diplôme d’accompagnateur en moyenne montagne, se former au pisteur secouriste de premier degré et préparer le test technique de monitorat de ski de fond.

L’APRÈS BTS DE NADÈGE

Pendant ce temps, (Nadège) j’ai fait une licence professionnelle en conseil agricole et agriculture raisonnée à AgroSup de Montpellier. Puis, j’ai rejoint Maxime dans le Jura où en parallèle de petits jobs, j’ai suivi une formation à distance avec le CNED sur l’écologie des bassins versants.
Puis, nous sommes montés dans le Haut-Jura où Maxime était pisteur secouriste en station tout en préparant son monitorat. En parallèle, je préparais mon concours d’entrée des professeurs tout en cumulant différents postes. Une fois le concours en poche, j’ai du redescendre une année à Toulouse dans la seule école qui forme les professeurs à l’enseignement agricole. Puis, j’ai été titularisée à Châtillon-sur-Seine, donc je faisais la navette tous les week-ends dans le Jura.

NOTRE ARRIVÉE EN SAVOIE

Il était ensuite important pour nous de vivre dans un environnement montagnard où nos deux professions pouvaient cohabiter. J’ai (Nadège) eu ma mutation à Chambéry. Maxime s’étant blessée cette année là, il a entamé une phase de repos. Puis l’année suivante, il a commencé à travailler à la Féclaz en tant que moniteur de ski de fond.

LA NATURE COMME FIL CONDUCTEUR

Nous cultivons un lien avec la nature, la beauté des choses qui nous entourent. Nous nous émerveillons de tout cela : un caillou, un ciel étoilé, un coucher de soleil, un affût pour observer les chamois …
Maxime a subi une grosse blessure à notre arrivée en Savoie en 2010 ce qui l’a plongé dans des lectures. C’est aussi à l’arrivée de notre premier enfant que nous avons pris encore plus conscience du “bien manger”. Puis, le fil de la vie nous a amené à faire des rencontres très intéressantes.
Maxime a notamment rencontré Jacques Maillet, un agriculteur en viticulture biodynamique. Il nous a appris beaucoup de choses notamment sur sa méthode de production mais aussi sa philosophie de vie. Cela a été un pas de plus dans notre démarche.
Par une amie, nous avons eu vent de l’annonce de la maison dans laquelle nous sommes ici à Saint Offenge. Ferme Baujue dont nous sommes tombés sous le charme et que nous avons achetée (fin 2016) quelques mois plus tard. Nous avons de suite pris nos quartiers dans l’aménagement du terrain et notamment du jardin (2017).

Aujourd’hui le jardin n’est pas notre seule activité. Nadège est enseignante en agronomie au lycée agricole de la Motte Servolex. Maxime est moniteur de ski de fond sur la station de la Féclaz l’hiver. A la belle saison, il est Accompagnateur en Montagne et paysagiste. Nous mettons du coeur à l’ouvrage pour que ce lieu de vie puisse évoluer et se développer.

Concrètement, pouvez-vous nous présenter Le Jardin de Max et Nana ?

LES DÉBUTS

Au départ, notre projet était d’être autonome tout au long de l’année en faisant nos bocaux et nos confitures. Puis, rapidement l’idée a germé quand nous avons eu quelques surplus. De fil en aiguille, nous avons commencé à vendre quelques pots qui ont été appréciés. Nous nous sommes donc posé des questions sur les démarches à suivre. C’est ainsi que nous avons déposé le nom du Jardin de Max et Nana lors de la déclaration de l’activité. Puis nous avons commencé à acheter des équipements. Petit à petit tout s’est structuré. Nous sommes situés à Saint Offenge, dans le Parc Régional des Bauges.

LES VALEURS

Le Jardin de Max et Nana c’est vraiment une philosophie de vie, le paysage, le produit sain. Ce n’est pas que commercial. Nous aspirons à faire partager notre passion et pouvoir faire vivre le lieu, l’animer, sensibiliser et créer du lien. Nous n’avons pas la prétention d’être parfaits. Nous faisons ce que nous aimons, comme on peut, à notre rythme.

LA BIODIVERSITÉ

Notre slogan c’est “la biodiversité a du goût”. Nous avons choisi “a du goût” car nous produisons des produits que l’on déguste, mais pas seulement. C’est une clé de voute du bon fonctionnement des écosystèmes. Pour nous la biodiversité c’est par l’utilité mais aussi l’aspect esthétique. Dans le jardin, il y a cette volonté de créer, de générer et de maintenir l’aspect de la biodiversité. Le jardin de Max et Nana est une micro structure. Il n’y a aucune prétention. Nous faisons cela avec humilité. Nous expérimentons avec passion. La pression du rendement ce n’est pas pour nous. C’est pour cela que nous avons une démarche de diversification.

Légumes, fleur, fruits, petits fruits, plantes sauvages et aromatiques se mêlent formant plusieurs mosaïques. Nous avons la volonté de maitnenir une biodiversité importante au travers du choix des espèces et variétés. Nous plantons au fur et à mesure des arbres fruitiers au sein même du potager en s’inspirant de l’Agroforesterie. La majorité sont des variétés anciennes ou greffées par Maxime. Nous avons privilégié la rusticité par rapport au climat et au goût du fruit. 

Notre production est conduite sans aucun intrant chimique ni engrais de synthèse. Nous nous inspirons de l’agroécologie.

Ayant une approche permaculturelle et biodynamique, nous utilisons par exemple des décoctions, pulvérisations à base de plantes du jardin, engrais organiques, désherbage manuel, couverture du sol …

Enfin, nous sommes aussi refuge LPO.

LA DIVERSIFICATION

Notre ferme dispose également de gîtes à la ferme que nous avons labellisés en Accueil Paysan. Depuis quelque temps, nous faisons également partie des accueils France Passion (un accueil gratuit pour les campings-cars). Très prochainement, un emplacement sous tente, dans un écrin de verdure et de montagne dans la prairie, sera disponible à la location.
Ces labels et hébergements correspondent tout à fait à nos valeurs : un lien à la terre, un système de production résilient (sans pesticide) et à taille humaine, vivre et consommer autrement, tisser du lien. Cela nous permet de faire des rencontres et de faire partager de cadre remarquable et enfin, diversifier nos revenus.
Maintenant que les espaces sont un peu plus productifs, que les gîtes sont bien assis, nous sommes en réflexion sur la diversification de l’activité sur le volet animation pédagogique. De par nos formations, nous avons toujours aimé transmettre nos centres d’intérêts et nos connaissances. C’est pour cela que nous travaillons sur des projets d’accueil scolaire et social. Nous avons été beaucoup dans le “faire” depuis le début et aujourd’hui nous souhaitons le partager. Nous proposons depuis peu une visite commentée de notre jardin potager avec goûter de la ferme offert (visite payante).

LES PRODUITS

Nous souhaitons faire ressortir la biodiversité du jardin dans nos pots. Les produits que nous fabriquons sont divers : confiture de cynorhodon ou de framboise, sauce pimentée apéritif, crème douce au raifort, crème de châtaigne, confiture de noix, coulis de cassis ou de framboise, confiture de poire, pêche de vigne, gelée de rhubarbe, pesto de basilic ou de coriandre, des persillades, des chutney …
Il est intéressant pour nous de faire ressortir cette diversité végétale dans nos plats et les saveurs proposées. Nos produits sont valoriés dans trois Ruches Qui Dit Oui, un Local Drive et prochainement à Croc’Bauges à Lescheraines et Au Garde Manger à La Féclaz et magasin de producteur. Les produits sont également disponibles en vente directement à la ferme.

Avez-vous une phrase, un slogan qui définit le mieux votre univers ?

“Contemple et gravi ton chemin”

Comment communiquez-vous sur votre activité ?

C’est un aspect qui est d’actualité. Nous sommes en train de faire développer un site internet. Le Parc Naturel des Bauges va prochainement nous fournir des panneaux de signalisation.
Les réseaux sociaux nous permettent également de relayer les informations de la ferme. Nous avons une page Facebook et un compte Instagram.
Nos différents partenaires et labels nous permettent également de développer notre notoriété.

Merci beaucoup pour cet échange Max et Nana ! 😉

Si vous souhaitez rencontrer les maîtres des lieux ou bien visiter leur paradis :
Logo facebooklogo Instagram

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code