Découvrez comment la céramique sert de terrain d’expression à Sophie cette artiste pleine de ressource

12 Mar 2021 | Ils font vivre le territoire des Bauges 📍 | 0 commentaires

Issue du théâtre, Sofie s’est lancée dans la céramique il y a une quinzaine d’années. Mais, c’est seulement depuis peu qu’elle vit de son art. Cette poétière, comme elle se définit, a plus d’une corde à son arc pour s’exprimer au travers de ses différentes réalisations.

Sofie, merci pour cette belle rencontre. J’ai beaucoup aimé t’écouter parler de cet art qui t’anime tant. Ton acharnement pour le travail m’inspire beaucoup de respect. Il me tarde de découvrir ta collection printanière ! 😉

Bonjour Sofie, pouvez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours jusqu’à la naissance de l’Atelier de Sofie ?

Je m’appelle Sofie Mage, j’ai 47 ans et mon atelier boutique de céramique est situé sur la commune des Déserts.

MA VIE AVANT LA CERAMIQUE

Avant de me lancer dans la céramique, j’étais dans le théâtre jusqu’à mes 30 ans. J’ai travaillé dans différentes compagnies. C’est lors de mon arrivée en Savoie, il y a une vingtaine d’années, que j’ai eu envie de changer de terrain d’expression. Je me suis donc lancée dans la céramique. J’ai suivi des stages tout en continuant mon activité de comédienne et différents petits boulots. Pendant 15 ans, je me suis formée en suivant des stages, en donnant des cours. Au départ, je n’ai pas eu le courage de me lancer à mon compte. Peut-être que cela m’effrayait.

LA NAISSANCE DE MON ATELIER DE CERAMIQUE

Ce n’est seulement qu’il y a 6 ans, que j’ai recommencé la céramique. J’ai alors commencé une petite production, suivi des formations complémentaires. Une opportunité d’atelier s’est présentée à moi et c’est ce qui m’a fait complètement basculer. Comme si la vie m’offrait une seconde chance, je l’ai donc saisie ! Pendant les premières années, j’ai continué à travailler à côté. Avec l’association Hop là l’art, j’ai encadré des ateliers périscolaires, donné des cours de céramiques, des ateliers de philo … Puis, il y a 2 ans, je me suis lancée à temps plein dans mon atelier.
Aujourd’hui, je vis uniquement de mon artisanat et de mes cours. Pour se lancer, il faut être courageux, ne pas être feignant et aussi être bien entouré par ses amis.

Concrètement, pouvez-vous nous présenter votre céramique ?

LES PARTICULARITES DE MA CERAMIQUE

Jusqu’à présent, j’ai fait beaucoup d’utilitaires avec notamment la confection de plats allant au four. Je me suis lancée dans cette direction car j’avais envie d’avoir des grandes surfaces de décoration comme notamment les plats à tarte. Mon projet initial était de faire des luminaires. Puis, suite à un accident de la route qui avait détruit mes moules à luminaires, j’ai réorienté mon projet professionnel. Je me suis donc lancée dans l’art de la table. J’ai aussi une collection en faïence blanche avec un graphisme en couleurs.

UNE CERAMIQUE EN PERPETUELLE EVOLUTION

Aujourd’hui, j’ai envie d’évoluer. Ce qui est génial dans la céramique, c’est qu’il y a un vaste choix de possibilités. Je n’ai pas du tout envie de me cloisonner dans un style, une terre. C’est vrai que mon style est bien identifié mais j’aime aussi aller vers l’inconnu. J’aime tester. Il y a pas mal de paramètres qui m’aident à me décider : la terre, la période de l’année. Par exemple, avec le printemps qui arrive, j’ai envie de faire des choses pour le jardin. En ce moment, j’ai envie de faire des choses volumineuses et plus dans la décoration. D’ailleurs, je suis en train de réaliser des crédences murales pour des particuliers. C’est du sur mesure.
La difficulté est de se restreindre, de faire des choix. J’ai envie d’évoluer aussi dans l’art de la table, passer en grès.
Je viens aussi de commencer à faire des décorations en céramique. Chose que je n’avais pas eu le temps de faire jusqu’à présent. J’avais envie d’apprendre à bien tourner et de me concentrer sur l’art de la table. Je trouve ça noble. Le tournage me plait beaucoup et je souhaitais d’abord faire mes gammes, me perfectionner dans cette technique pour m’y sentir plus libre. J’ai envie d’aller vers des formes plus expressives et spontanées.

UNE COLLECTION EN GRES

Pour Noël, j’ai lancé ma collection grès. Elle n’a rien à voir avec ce que je fais habituellement. Je souhaitais me diriger vers autre chose. J’aime ce qui est sobre, japonisant. Afin de me reposer du décor, j’ai essayé quelque chose de plus sobre. Ma première collection a beaucoup de décors et donc beaucoup de travail. C’était chouette de voir qu’il y avait un aussi bon accueil pour cette collection. Ce n’est pas la même clientèle. Cela a élargi mon champ d’activité. J’ai conscience qu’il faut élargir ce champ si on veut en vivre. 

LES VALEURS DE MA CERAMIQUE

Ma confection est 100% artisanale et locale, réalisée à la main de A à Z. Aussi, j’apporte de l’attention au traitement des déchets. Je n’ai pas d’émail au plomb et ne rejette rien dans la nature. C’est simple, mon atelier n’est même pas équipé d’eau. Je récupère l’eau de pluie. On pourrait penser que c’est un frein pour la poterie mais pas du tout. Ma poterie est authentique et originale.
Je suis à l’écoute de ce que j’ai envie mais aussi de mes clients. Ils m’emmènent souvent vers des univers différents, où je n’irai pas forcément. Je trouve ça très intéressant de sortir de ma zone de confort. Cela varie le travail, me fait évoluer sur les techniques et renouvelle ma créativité. Je me dis que je n’ai pas assez d’une vie pour tout essayer. Il y a plein de choses à faire. Mais, il faut trouver son rythme pour ne pas s’éparpiller comme faire des collections par saison.

ARTISAN OU ARTISTE ?

Il y a ce dilemme entre artisan et artiste. Quand on reproduit plusieurs pièces, c’est de l’artisanat. Artiste, c’est lorsque l’on fait des pièces uniques. Je ne reproduis pas souvent plusieurs motifs. En ce moment, je fais des pièces de décorations plus uniques donc c’est mon côté artistique qui parle. J’ai vraiment une part artistique au fond de moi : je viens du théâtre et j’aime la peinture ou encore le graphisme.

TRANSMETTRE LA CERAMIQUE

A partir de maintenant, je reprends les cours afin de transmettre, éduquer sur la céramique. J’enseigne à des particuliers au sein de mon atelier. Le cadre est magnifique. De septembre à décembre, je me consacre à ma production pour Noël. Puis, en début d’année, je reprends l’enseignement. Actuellement, j’interviens aussi sur un projet dans l’école de mon village.

LA VENTE DE MA CERAMIQUE

Mon atelier est aussi une boutique. Il m’arrive aussi de vendre dans des boutiques indépendantes quand j’en ai l’opportunité. Par exemple, j’ai des dépôts à l’épicerie de mon village. Actuellement, j’ai un contrat avec la fromagerie de Lescheraines, qui m’a missionnée pour la confection d’un plat à matouille personnalisé. J’ai aussi été dans une boutique éphémère sur Chambéry avec la chambre des métiers d’art en décembre. Je fais également des marchés, des manifestations. Mes créations sont en vente à la Ruche Boutik’, la boutique de l’Office de Tourisme de Chambéry. Bien évidemment, je suis toujours à la recherche de points de vente. Enfin, si les clients ont des demandes particulières, je travaille sur commande.

Avez-vous une phrase, un slogan qui définit le mieux votre univers ?

J’aime dire que je suis une poétière
C’est un clin d’oeil au fait que je ne veux pas faire uniquement que des pots mais aussi de temps à autre des pièces plus artistiques. Il y a une consonance de légèreté, de fantaisie dans ce mot que j’aime beaucoup. Amener un peu de poésie et de fantaisie en couleurs pour embellir les univers. Bien évidemment, c’est sans prétention.

Comment communiques-tu sur ton activité ?

D’un point de vue digital, j’ai créé mon site internet l’année dernière pendant le confinement. Je l’ai réalisé avec une amie et j’en suis très contente esthétiquement parlant. Aussi, je communique beaucoup par mail avec mes clients. Par exemple, je les informe de mes portes ouvertes. Mon prochain objectif est de mettre en place une newsletter.
Sur les réseaux sociaux, je communique sur Facebook mais c’est difficile pour moi de mettre en avant ce que je fais. Ce n’est pas dans mon tempérament. J’ai aussi lancé mon compte Instagram qui n’est pas encore très alimenté pour le moment.
Hors digital, j’ai des dépliants à l’Office de Tourisme des Bauges. Je suis également présente sur leur site internet. Le bouche à oreille fonctionne bien. Ma clientèle est très fidèle. J’essaie aussi d’être présente dans différents endroits comme les salons, les marchés de potiers.
En ce moment, je travaille sur un projet local entre la Féclaz et Chambéry pour une boutique d’artisans.

Merci beaucoup pour cet échange Sofie !

Si vous souhaitez découvrir les réalisations de Sofie ou même lui rendre visite dans son atelier :
Logo facebook
logo Instagram

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code